AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 #145 ► it's been a long time, now i'm coming back. (luther)

Aller en bas 
AuteurMessage
Solstÿs Baldwin
WILD CHILDdon't become a ghost without no colour.
avatar

MESSAGES : 231
COPYRIGHT : のPSEUDO: smashedwings. のAVATAR: calvaries. のSIGN: gggifs.
MULTINICKS : blythe colista.
JOB : manager of a group of restaurants.
ADDRESS : uc.
HEART STATUS : that 's a secret i'll never tell.

ALL THE RIGHT MOVES -
AGE : 25 yo.
PRIORITY :
THE THORNY RELATIONSHIPS :

MessageSujet: #145 ► it's been a long time, now i'm coming back. (luther)   Mar 30 Aoû - 23:31


Solstys avait toujours aimé Bella Vista. Séduite par le charme italien, elle venait souvent se promener au cœur de ce quartier atypique de Philadelphie. Ce matin, lorsque son réveil avait sonné, indiquant 7h45, la première chose qu'elle s'est dite est qu'elle irait rendre visite à un de ses anciens amis, Luther, et à son ange de petite fille, Clea. Elle ne les avait pas vu depuis son retour au bercail, et ils lui avaient beaucoup manqué pendant ces deux ans passés en France. C'est donc le sourire aux lèvres qu'elle s'est préparée ce matin-là. La jeune femme avait plusieurs rendez-vous prévus tout au long de la journée, c'est pourquoi il fallait qu'elle aille rendre visite à son ami au plus tôt. Les voir tous les deux lui remontrait surement le moral. Elle en avait déjà assez de s'occuper du business familial, après seulement deux semaines. Merci Papa, pensait-elle souvent. Elle aurait tellement aimé ne pas être l'ainée et laisser cette tache qui l'ennuyait à mourir à Barett, sa sœur. Mais il s'agissait de la volonté de son père, et elle ne pouvait la contourner, alors elle faisait avec, même si son job en France lui manquait affreusement parfois.

Alors qu'elle parcourait les ruelles de Bella Vista, perchée sur ses grandes jambes que tant de filles semblaient lui envier, elle se mit à penser à ce que sa vie aurait pu être si elle avait accepté la demande en mariage de Carter. Un petit cocon familial tranquille, une routine, des enfants sans doute, les grands repas de famille ... Elle chassa ces idées d'un coup de tête. Elle n'avait aucun regret quant à ses choix. Solstys avait parcourut tellement de fois ce chemin pour rendre visite aux Singer qu'on aurait dit que ses jambes seules la guidaient. Longtemps elle avait essayé de convaincre son père de déménager dans ce quartier, mais Monsieur Baldwin ne voulait pas se mélanger à la "populace". Il répétait sans cesse à sa fille qu'elle devait cesser de trainer avec ses amis de classe moyenne et commencer à fréquenter la haute société. Au fond d'elle, elle le détestait pour cela. Lorsqu'elle était plus jeune, pour elle, il n y avait aucune différence entre ses amis et elle. Et puis les relations de son père l'ennuyaient tellement ...

Sans réellement s'en rendre compte, elle arriva devant la porte de l'immeuble ou vivait Luther, ce qui la tira de sa rêverie. Un nouveau sourire se dessina sur son visage. Son père lui disait toujours d'ailleurs lorsqu'elle était enfant, que son sourire illuminait sa journée. Solstys se ressaisit. Penser à son paternel était douloureux. Elle s'en voulait tellement de ne pas avoir été là lorsqu'il est mort. Mais il ne fallait pas ressasser ces souvenirs. Le mal était fait après tout. La jeune femme franchit la porte d'entrée et grimpa les escaliers jusqu'à l'appartement de Luther. Il était 8h20. Elle n'était même pas sure qu'ils seraient levés, mais tans pis, elle frappa à la porte et attendit. Celle-ci s'ouvrit quelques secondes plus tard, sur une jolie petite bouille d'ange qu'elle eut peine à reconnaitre au début. « Clea ! Oh comme tu as grandi ma jolie ! Tu te souviens de moi ? » Après tout, cela faisait deux ans qu'elle ne l'avait pas vu, hormis les conversations téléphoniques de temps en temps, ce qui signifiait qu'aujourd'hui elle en avait sept. Bien qu'elle sembla hésiter, la petite finit par sourire. « Solstys ! » La jeune femme claqua un gros baiser sur la petite joue encore ronde de Clea, et la serra dans ses bras. Les deux filles étaient très complices lorsqu'elles se voyaient, et aimaient souvent taquiner Luther. « Il est ou ton papa ? » Une lueur de malice dans les yeux, la petite lui répondit en montrant du doigt la direction : « Il fait dodo. » Quelqu'un de normalement constitué et de respectueux aurait attendu que ledit Luther se réveille, mais pas Solstys. Elle passa la main dans les cheveux de Clea, heureuse de la revoir enfin, et se dirigea vers la chambre de son ami. Elle poussa doucement la porte, et l'aperçut, dormant profondément. Elle ne put s'empecher de sourire à cette vision. On aurait dit un gros bébé. Elle se laissa violement tomber sur le lit, à ses cotés, et d'une voie enjouée, se mit à lui dire au creux de l'oreille « Good morning, Philadelphia ! Il est 8h25 du matin, le soleil est au rendez-vous, et monsieur Luther Singer est prié de se lever pour accueillir sa visiteuse ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luther Singer
DOWN IS THE NEW UP.
avatar

MESSAGES : 109
COPYRIGHT : dipsy ♡ red lipstick @bazzart (avatar) + fadingtales @tumblr (gif).
MULTINICKS : not yet.
JOB : yoga teacher ♡ coach.
ADDRESS : apart #145, bella vista, south pilly.
HEART STATUS : way too much complicated.

ALL THE RIGHT MOVES -
AGE : twenty-six yo.
PRIORITY : his daughter, clea.
THE THORNY RELATIONSHIPS :

MessageSujet: Re: #145 ► it's been a long time, now i'm coming back. (luther)   Mer 31 Aoû - 4:08

Luther avait beau ne pas avoir prévu de quitter les quatre murs de son appartement la veille au soir, il n'en restait pas moins qu'il avait passé une nuit des plus agitées, bien loin de ce qu'il avait prévu en début de semaine pour sa soirée de vendredi. En effet, tout au long de celle-ci, il s'était répété que le week-end était proche, qu'il allait bientôt pouvoir profiter à la fois d'un bref repos après une semaine de reprise plutôt difficile et de la présence de Clea, mais une fois n'est pas coutume, ses plans avaient été mis à mal par son petit frère Zein. Ainsi, avait-il dû partir le rejoindre au beau milieu de la nuit dans l'un des postes de police de Lancaster dans lequel on le sommait de rester pour la nuit si personne ne venait à payer les pots cassés après qu'il ait délibérément provoqué une bagarre, ivre qui plus est. Lorsqu'il avait reçu son coup de fil et était parvenu à comprendre l'idée générale de la chose, Clea dormait depuis bien longtemps, Luther n'avait donc pas hésité à prendre le volant. Tant que ses yeux restaient clos, il n'y avait nulle matière à s'inquiéter pour elle, ni pour l'impact que pouvaient avoir les actions de son oncle, et c'était là une chose dont Luther s'était estimé heureux.

Une fois Zein dehors et le peu d'économies qu'il avait pu faire ces derniers mois complètement dilapidé, Luther s'en était retourné vers Philadelphie, sans même une parole pour son frère envers qui il était bien trop en colère dans l'état actuel des choses. C'était toujours la même histoire avec lui, si bien que Luther s'étonnait encore une fois de sa propre naïveté à croire que son cadet finirait par retrouver le droit chemin. Le même sang coulant dans leurs veines, il ne pouvait guère lui en vouloir très longtemps, c'était certain. Il n'en restait pas moins cependant que pour la première fois depuis longtemps, il le décevait. Luther avait cru que la conduite de son frère s'était améliorée après qu'il ait quitté à son tour le domicile familial mais il fallait se rendre à l'évidence, le genre de personnes qu'il côtoyait auparavant à Pittsburgh pullulait en quantités industrielles dans une ville telle que Philadelphie, à tel point qu'il lui serait certainement impossible d'accomplir ce que son aîné attendait de lui s'il ne lui venait pas lui-même en aide. Sur le chemin du retour, Luther avait décidé jusqu'à nouvel ordre que la mission - certainement suicide - du sauvetage de Zein serait remise à plus tard tant la fatigue l'avait dépossédé de toutes ses facultés mentales. Ainsi, s'était-il couché aux alentours de quatre heures du matin sans même prendre la peine d'enlever jeans et tee-shirt...

Le paradis du cheesesteak, voilà où il se trouvait actuellement. La pièce en était tellement recouverte que Luther ne savait plus où donner de la tête. C'était sans nul doute la huitième merveille du monde dont ses songes lui offraient actuellement la contemplation. Brusquement, cependant, l'un des sandwiches s'approcha de lui pour lui susurrer à l'oreille des mots qu'il crut doux avant d'en comprendre le sens. Qu'est-ce que l'heure et la météo venaient faire là-dedans ? Aussi loin que Luther tenta de s'en souvenir, jamais jusqu'à aujourd'hui, cette tournure n'avait été envisagée. Jamais un sandwich n'avait ouvert la bouche, tous se contentaient simplement de finir dans la sienne. Petit à petit, impuissant, Luther finit par être tiré de sa rêverie, laissant derrière lui son cheesesteak bavard. « Reviens, cheesesteak...» Murmura-t-il avant de se forcer à ouvrir les yeux à contre-coeur après quelques secondes. Ce qu'il vit le décontenança tellement qu'il se saisit de son oreiller et frappa en direction d'une personne qui ne pouvait vraisemblablement pas être là. Son esprit n'avait jamais été plus embrumé - si l'on occultait les lendemains de soirées arrosées. Il était donc évident qu'il n'était pas encore tout à fait réveillé et que son cerveau imaginait la chevelure blonde qu'il avait cru reconnaître. Il ne pouvait en être autrement, c'était tout bonnement impossible. Pour confirmation, Luther tourna de nouveau la tête et put constater avec surprise qu'il ne virait pas dingue. Solstÿs se tenait bel et bien à ses côtés, plus rayonnante que jamais. « Merde, Solstÿs ! T'es rentrée ? » Ses yeux pétillaient de joie, la présence de son amie le réjouissait tellement qu'à cet instant, il était évident pour Luther que la réalité était en tous points supérieure aux rêves. Une centaine de cheesesteaks paraissait tellement fade à côté d'elle. Il se redressa et l'embrassa sur la joue. « C'est bon de te voir, Baldwin ! » Il n'y avait pas de doute, c'était Noël en août pour les Singer, Clea ne tardant d'ailleurs pas à débarquer dans la pièce et à se blottir entre eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
#145 ► it's been a long time, now i'm coming back. (luther)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Votez pour Long Time To Lay A Track
» A girl for all time - nouvelles poupées anglaises
» [Tuto] Multi Boot
» C'est ma p'tite présentation ;)
» This is a long long time [Aelicya]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POSTCARDS FROM FAR AWAY :: PHILADELPHIA ➨ SOUTH PHILLY :: BELLA VISTA.-
Sauter vers: