AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 balance chestnut hill ж just a matter of time. (r. polly)

Aller en bas 
AuteurMessage
Luther Singer
DOWN IS THE NEW UP.
avatar

MESSAGES : 109
COPYRIGHT : dipsy ♡ red lipstick @bazzart (avatar) + fadingtales @tumblr (gif).
MULTINICKS : not yet.
JOB : yoga teacher ♡ coach.
ADDRESS : apart #145, bella vista, south pilly.
HEART STATUS : way too much complicated.

ALL THE RIGHT MOVES -
AGE : twenty-six yo.
PRIORITY : his daughter, clea.
THE THORNY RELATIONSHIPS :

MessageSujet: balance chestnut hill ж just a matter of time. (r. polly)   Lun 29 Aoû - 10:12

Rien n'avait débuté que tout semblait déjà fini. Il aurait été juste de dire que cela résumait assez bien la façon dont, petit à petit, le semblant de lien qui unissait Luther à Polly Gallagher se rompait et ce, malgré les efforts de la jeune femme pour conserver et même renforcer ce qu'ils avaient déjà mis du temps à construire ensemble. Comme il l'avait toujours fait - si bien d'ailleurs qu'il ne s'en étonnait désormais que très peu - il ruinait toutes ses chances avec elle. Quand ce n'était pas les questions qu'elle lui posait à son propos et dont il faisait mine de ne pas connaître les réponses, ou de les avoir simplement oublier, c'étaient leurs rendez-vous dont il feintait d'avoir perdu le souvenir. Cette fois, les choses avaient néanmoins été quelque peu différentes : plutôt que de lui poser un lapin, il avait en effet jugé bon de la prévenir, prétextant toutefois une excuse bien éloignée de la vérité. Il ne voulait ni ne pouvait risquer à son contact de briser ses défenses, il craignait trop qu'elle fasse tomber le voile qu'il s'évertuait à maintenir sur son existence pour se le permettre. C'était là presque une habitude qu'il avait fini par prendre, si bien qu'il lui était pour l'instant difficile de s'en vouloir outre-mesure pour sa conduite. Ainsi, avait-il continué à vivre sa vie le plus normalement qu'il pouvait dans l'attente d'une confrontation qu'il savait proche et qu'il n'éviterait pas, espérant secrètement que sous la pression, il finirait par lui avouer ce qu'il savait ne plus avoir bientôt la force ni l'envie de lui cacher.

Les cours de yoga qu'il donnait à Chestnut Hill avaient beau faire partie de son quotidien depuis déjà plusieurs années, il n'empêchait que Luther se savait intrus dès qu'il arrivait à proximité. Là-bas, démesure, extravagance et mensonges étaient les maîtres mots des conduites de tous. La crème de la crème y était réunie, si bien qu'une fois sur les lieux, la prédisposition à la mythomanie de Luther ne lui était d'aucune utilité ; un regard dans sa direction suffisait souvent aux nouveaux inscrits pour comprendre qu'ils avaient seulement affaire à un petit prof insignifiant sous-payé dont ils ne devaient rien attendre d'autre sinon qu'il les aide à se relaxer. Dans la salle même, une hiérarchie s'établissait naturellement entre chacun à travers les rangées de tapis de sol, les plus riches - les plus chiants, donc - s'installaient ainsi sur les deux premières lignes. C'était là des choses auxquelles Luther ne prêtait plus la moindre attention, désormais trop acclimaté qu'il était pour y trouver à redire - ce dont il n'était d'ailleurs pas autorisé. De tous les jobs qu'il accumulait pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa fille, il fallait avouer que c'était bien celui-ci qui lui causait le plus de soucis. Dans leur majorité, ses élèves n'avaient rien à voir là-dedans puisqu'une seule d'entre eux était concernée. Polly. Elle n'avait beau venir ici que deux fois par semaine, c'était devenu au fil du temps aux yeux de Luther deux fois de trop. Cela donnait à la jeune héritière deux fois plus de chance de percer à jour ce qu'il tentait tant bien que mal de lui cacher et à Luther, deux fois plus d'occasions de s'enticher d'une femme qu'il craignait de plus en plus qu'elle soit peut-être faite pour lui. De ce fait, lors des cours où elle était là, le regard délibérément posé sur lui, Luther jouait la carte de l'indifférence. Qu'elle avance présentement d'un pas déterminé à sa rencontre alors que le cours ne devait commencer que dans dix minutes n'y changerait rien. Il resterait le même Luther qu'elle connaissait, l'évasif et impassible bloc de glace qui, pour la protéger, ne savait plus que lui mentir. C'était là une nécessité que de reculer de trois pas lorsqu'elle faisait un bond en sa direction. Ainsi, comme pour signifier la distance émotionnelle qu'il s'évertuait à contrecœur à instaurer entre elle et lui, il baissa son visage lorsqu'elle voulut s'en approcher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polly Gallagher

avatar

MESSAGES : 67
COPYRIGHT : © french kiss (avatar) + tumblr (sign)
MULTINICKS : mallory + saul
JOB : heiress, writer
ADDRESS : #288 old city, center. (w/ neal and sly)
HEART STATUS : complicated

ALL THE RIGHT MOVES -
AGE : twenty two years old
PRIORITY :
THE THORNY RELATIONSHIPS :

MessageSujet: Re: balance chestnut hill ж just a matter of time. (r. polly)   Jeu 1 Sep - 2:24


Ne perdant pas une once de sa naïveté, Polly croyait dure comme fer à tout les mensonges que l’on pouvait lui servir. Rien ne semblait entamer sa joie de vivre, demeurant intact même après plusieurs trahisons et désillusions. Aveuglée quoiqu’il arrive, Neal et Sly ne savaient plus quoi dire ou faire pour la ramener à la raison, ou plutôt à la réalité. Sans doute vivait-elle sur un nuage à mille lieux et laissait tout le reste glisser sur elle comme si rien n’avait d’importance en dehors des espoirs qu’elle fondait en l’humanité (à quelques exceptions près). Même lorsqu’elle s’accrochait désespérément à un homme qui ne semblait pas se soucier d’elle, la jeune héritière continuait de lui trouver toutes sortes d’excuses. Du point de vue de sa famille, elle se faisait pigeonner une fois de plus. S’ils étaient tous un peu trop cru dans leurs propos parfois ce n’était que pour son bien, ce dont elle était consciente, mais elle préférait ne rien écouter. Sans doute devait-elle se résoudre à une vie sentimentale chaotique et ne plus rien espérer de la gente masculine. Perdre confiance en toute personne croisant sa route et se transformer en une version cynique, distante et surement mesquine. Non, elle ne pouvait se résoudre à voir son avenir prendre une telle tournure, même si elle devait espérer sans rien recevoir en retour, elle aurait essayé. Il n’y avait pas à tortiller, son optimisme ne jouait que rarement en sa faveur et elle se mentait très bien à elle-même quant à la situation. Si une part d’elle-même souhaitait suivre les conseilles de son frère et sa sœur quant à son infime semblant de relation avec Luther, une autre persistait à lui souffler des pensées plus positives. Ce fut toujours ainsi, et c’était pour cette même raison qu’elle n’avait pas vu le fiasco Sheldon arriver avant de se prendre la réalité en pleine face. N’importe qui aurait tiré des leçons de cette relation désastreuse, mais pas elle. Polly n’était que l’unique protagoniste de l’histoire qu’il fallait blâmer, du moins c’était ainsi qu’elle se bornait à voir les choses. C’était à elle d’essayer, à elle de prouver que c’était possible et que cela pouvait marcher. Trop désireuse de voir son rêve devenir réalité, elle en oubliait le sens commun.
Une relation amoureuse se construisait à deux, mais Polly endossait à elle seule le poids de chacune des histoires qu’elle espérait bâtir, rien ne lui semblait plus normale que de faire tout les efforts. Neal lui avait répété plusieurs fois la veille de zapper ce professeur de yoga complètement insignifiant à ses yeux et de se consacrer à tout autre chose. Sly’ lui avait proposé des plans de vengeances tous aussi tordus et fous les uns que les autres. Et si la jeune femme s’en était amusée toute la soirée, intérieurement une véritable bataille se jouait. Son instinct, ses réflexions, ses espoirs, les paroles de sa famille .. Tout se mêlait en un véritable brouhaha dont elle ne parvenait pas à en dégoter LA solution. Alors comme tout les mardis matins, Polly s’était rendue à Chesnut Hill, pour son cours de yoga. Un moment de détente qu’elle attendait avec impatience surtout pour pouvoir parler au professeur durant quelques minutes sans que celui-ci ne puisse se défiler. L’une de ses nombreuses habitudes contre lesquelles elle se battait farouchement. L’autre concernait sans doute les nombreux rendez-vous ratés, la plus part du temps, il lui posait des lapins sans qu’elle ne se plaigne, ni ne lui en fasse la remarque. Alors qu’elle n’attendait même pas d’explications, ses excuses et prétextes étaient toujours très bien reçu. Sa ténacité pouvait être triste et désespérante à la fois, mais ce n’était pas dans ses habitudes de lâcher prise au premier obstacle. Une fois encore, elle prenait les devants, Luther ne semblait pas pressé de donner une quelconque explication pour la veille, ou du moins en reparler avec elle. Mais pour la jeune femme, au-delà de ce rendez-vous loupé, avec une très bonne excuse à la clé, c’était avant tout Clea qui l’inquiétait. Apparemment la fille du jeune professeur de yoga était souffrante, d’où son absence. Loin d’être le genre de femme prête à faire semblant de s’attacher à une enfant pour atteindre le père, la blondinette espérait surtout que la fillette se portait bien ainsi que Luther. S’approchant alors de lui, un sourire bienveillant en guise de drapeau blanc pour signaler son arrivée, elle ne fut accueillit que par une douche glacée. Espérant un tout autre accueil elle recula d’un ou deux pas pour instaurer plus de distance comme il semblait le suggérer sans le dire clairement. Allant lui inventer des excuses très vite, comme une fatigue notable, il avait dut passé une nuit agitée à s’occuper de la fillette. Toujours aussi souriante bien que radicalement gênée par la situation, elle le connaissait assez pour savoir qu’il serait prêt à avancer l’heure du cours de quelques petites minutes s’il pouvait échapper à une discussion. « Bonjour .. » Ne préférant pas lui laisser le temps de prononcer quoique ce soit, elle se dépêcha de poursuivre sur la véritable raison de cette démarche. « Je me suis inquiétée mais je n’ai pas osé te rappeler, j’espère que Clea va bien aujourd'hui. » Peut être aurait-elle du aborder la situation d’une tout autre façon ? Peut être aurait-elle du rester chez elle ce matin là comme Neal le lui avait suggéré, trouver un autre cours de Yoga, et laisser tomber. Mais face à Luther elle réalisait qu’elle s’était déjà trop entichée pour reculer.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luther Singer
DOWN IS THE NEW UP.
avatar

MESSAGES : 109
COPYRIGHT : dipsy ♡ red lipstick @bazzart (avatar) + fadingtales @tumblr (gif).
MULTINICKS : not yet.
JOB : yoga teacher ♡ coach.
ADDRESS : apart #145, bella vista, south pilly.
HEART STATUS : way too much complicated.

ALL THE RIGHT MOVES -
AGE : twenty-six yo.
PRIORITY : his daughter, clea.
THE THORNY RELATIONSHIPS :

MessageSujet: Re: balance chestnut hill ж just a matter of time. (r. polly)   Dim 25 Sep - 10:01

Il avait beau l'avoir vue venir, l'impression d'avoir été pris de court le possédait déjà de tout son être et lui enlevait au fil des secondes un peu plus de contenance face à elle. Bien sûr, il doutait que ce fut visible mais il n'en restait pas moins que son coeur ne cessait de manquer battement après battement à mesure qu'il gardait les yeux posés sur son visage. Il l'avait observée reculer de quelques pas et s'était retenu de l'inviter à le rejoindre près de lui alors qu'il se savait en mourir d'envie. La vérité était telle que plus il la repoussait, moins il avait envie de réitérer l'expérience. Il était désormais clair qu'il n'était plus celui qu'elle avait fréquenté en premier lieu. Aussi étonnant que cela pouvait en effet paraître au vu de ses récents agissements - bien que cela les expliquait en partie, elle était parvenue peu à peu à fendre sa carapace si bien que désormais, les dommages qu'elle avait causés semblaient impossibles à réparer. Pire, ils s'aggravaient plus le temps poursuivait sa route, plus son regard croisait le sien. Elle seule semblait pouvoir remettre en ordre ce qu'elle avait engendré à tel point qu'il ne souhaitait qu'une chose : qu'elle agisse, qu'elle le guérisse d'elle et de lui-même, là maintenant. Seulement, il ne pouvait pas. Pas après s'être tant foutu d'elle, pas après tout ce temps. Ainsi, avait-il pris le parti de s'embourber dans son mensonge. C'était encore là ce qu'il savait faire de mieux.

De toutes les choses qu'il aurait voulu lui dire, la dernière aurait certainement été ce banal bonjour à peine audible qu'il lui offrit comme toute réponse. La suite, il ne la comprit pas réellement. Elle semblait mal à l'aise et il avait beau chercher, il ne voyait pas pourquoi. Ce dont il se souvenait, c'était ce coup de fil évasif qu'il avait laissé sur sa boîte vocale des jours plus tôt. Depuis, plus rien. Une petite part de lui-même s'en était parfaitement accommodée, la deuxième, plus importante, un peu moins. Mais de cela, il tâchait de ne pas se préoccuper. « De quoi tu parles exactement ? Je veux dire, Clea va très bien. » Aussitôt qu'il prononça ces paroles, il se souvint. Il n'en était que très peu fier mais sa fille lui avait bel et bien servie d'excuse ce soir-là pour ce repas auquel il avait préféré ne pas donner suite dans leur intérêt à tous les deux. « Ah ça ! J'avais, hum, oublié. Oui, oui, elle va bien. » Ses yeux avaient tant fixé sa réaction qu'il ne s'était pas préoccupé de savoir si le ton qu'il avait employé avait été suffisamment convaincant. « Un simple petit rhume, comme toujours. » S'empressa-t-il d'ajouter, priant intérieurement tous les Dieux - auxquels il n'avait d'ailleurs jamais cru une seule seconde - qu'elle le croie. Il ignorait combien de temps ce petit jeu allait durer mais une chose était certaine : bientôt, il ne pourrait plus être de la partie et finirait sur le banc de touche, trop blessé pour continuer et ce, sûrement après avoir envoyé l'héritière qu'il s'estimait ne pas mériter dans sa chute. Bientôt, le jeu prendrait fin. Il pouvait le sentir. « Désolé que tu te sois inquiétée. » A propos de cela, il était sincère. Polly avait toujours nourri les sentiments les plus louables à l'égard de sa fille et c'était là une des nombreuses choses pour lesquelles il l'appréciait démesurément. Elle était bien plus vraie avec lui que lui ne le serait jamais avec n'importe qui.

Il détourna presque instinctivement les yeux. La regarder ne faisait que lui refléter ses mensonges, sa trahison. A cet instant, et plus qu'il ne l'avait jamais fait auparavant, il maudit le Balance Chesnut Hill de lui avoir permis de la rencontrer, de l'avoir petit à petit mis sous son emprise. Aussi dépendant d'elle qu'il aurait pu l'être de n'importe quel psychotrope, il ne savait plus que faire. Il n'était plus maître de lui-même. C'était comme si elle contrôlait ses réactions, les modulait sans qu'il ne put rien y faire. A elle seule, elle était le ciel et les enfers. Et désormais, sa force mais surtout sa faiblesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: balance chestnut hill ж just a matter of time. (r. polly)   

Revenir en haut Aller en bas
 
balance chestnut hill ж just a matter of time. (r. polly)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [SOFT] REAL TIME TRAFFIC : Avertisseur de radars en temps réel [Gratuit]
» Les access prime-time
» Doctor Who: Adventures in Time and Space
» Un Noël avec Benny Hill
» Coup de coeur horloger ou choix raisonné : Lange Time Zone, Journe Chrono Souverain, IWC Perpetual Calendar ou Réserve Auto Noire ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POSTCARDS FROM FAR AWAY :: PHILADELPHIA ➨ NORTH PHILLY :: CHESTNUT HILL.-
Sauter vers: