AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 southwark ✒ you're fit, don't you just know it ? (pryce)

Aller en bas 
AuteurMessage
Nagore Bergess
▲ MUMFORD AND SONS.
avatar

MESSAGES : 91
COPYRIGHT : © pomeline ♘ belikovs (avatar) ♘ soon (sign).
MULTINICKS : Scarlett ♘ Ceri.
JOB : Caterer.
ADDRESS : #205 queen village.
HEART STATUS : Single (and pregnant, yep).

ALL THE RIGHT MOVES -
AGE : 27 yo.
PRIORITY : her job, her baby.
THE THORNY RELATIONSHIPS :

MessageSujet: southwark ✒ you're fit, don't you just know it ? (pryce)   Dim 28 Aoû - 23:50


Première échographie ce matin. C'est seule que Nagore s'y était rendue. Le père du bébé n'étant pas franchement disponible (marié, jeune, con) et ne voulant pas partager ce moment avec quelqu'un d'autre, elle avait fait ce choix toute seule. Bien heureusement tout s'était bien passé, il n'y avait aucun problème quant à sa grossesse et la voilà désormais en possession de la première 'photo' de bébé. Une émotion de plus qu'elle tenta de contrôler sur le chemin du retour alors qu'elle la fourra avec précaution dans son sac pour ne pas l'abimer. A pied, elle venait de passer devant un restaurant rapide dont l'odeur divine lui chatouilla les narines. Un instant elle se stoppa, se demandant si c'était une vraie bonne idée. Mangez pour deux n'était qu'un mythe de plus. Finalement, peu motivée à lutter, elle retourna sur ses pas et pénétra à l'intérieur de l'établissement. Là, elle commanda un hamburger, puis un autre ainsi que des frites et des potatoes. Alors qu'elle patientait afin d'emporter le tout chez elle, son regard se posa sur la vitrine ou elle reconnue une tignasse blonde qu'elle ne connaissait que trop bien : Pryce. La journée avait très bien commencé et tomber sur lui signifiait avant tout se prendre un tas de remarques. Autant dire qu'elle n'en avait pas envie. Finalement elle paya sa commande et patienta un instant, vérifiant qu'il était juste passé devant. Plus de touffe blonde à l'horizon, Nagore sortit de là quelques minutes plus tard et vlan. Elle fonça directement dans quelqu'un. La dite personne qu'elle voulait éviter.

« Oh, bonjour mon petit chat ! » lança-t-elle avec un air niais et un sourire de trois km de long. Une attitude qui ne lui correspondait pas d'habitude. Mais elle continua sur cette voie. « Ça vaaâaa ? » minauda-t-elle presque en se dandinant sur place (impossible de ne pas bouger, elle avait juste envie de fuir). Finalement, consciente qu'elle était l'air totalement ridicule, elle arrêta de sourire, cherchant dans son paquet des frites qu'elle avala furtivement et reprit son air blasé de le voir. Ainsi que sa répartie habituelle. « Bon écoute, je vais bien, tu vas bien.. » ou comment accélérer les choses afin d'éviter toutes les futilités d'usage. « Tout est merveilleux dans le meilleur des mondes ! » Non, décidément, elle avait vraiment envie de fuir. Pryce n'était pas méchant, juste un peu enquiquinant vis à vis du bébé. Ce qu'elle pouvait comprendre étant donné son jeune âge et son statut de marié. Maintenant, Nagore ne lui avait jamais rien demandé quant à cet enfant, alors son acharnement n'était pas logique. Vu sa façon d'agir dans la vie, elle était quasi sûr que s'il croisait cet enfant un jour, elle s'en ficherait pas mal. Qu'il lui foute donc la paix avec ses conneries ! Ce fut sa dernière pensée, celle qui la poussa à s'en aller, vraiment. « Bon écoute c'est génial, il fait beau, on va pas tourner autour du pot, d'accord. Salut, bonne journée, à la prochaine. » fit-elle en agitant sa main avant de reprendre son chemin habituel, espérant que Pryce ne la suivait pas. D'ailleurs elle n'osa même pas se retourner pour vérifier, priant même Dieu tant elle était désespérée. En fait, elle avait juste envie de manger devant la télé, d'en mettre partout et d'appeler l'un de ses frères ensuite. Très bon programme en perspective.

_________________
to make a mountain of your life is just a choice but I never learned enough to listen to the voice that told me always love hate will get you everytime always love don't wait 'til the finish line slow demands come round squeeze the air and keep the rest out it helps to write it down even when you then cross it out ❞❞ always love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pryce Eardley

avatar

MESSAGES : 105
COPYRIGHT : me, Pomeline, Tumblr
MULTINICKS : Arron Eccles
JOB : student in management
ADDRESS : #194 Fairmount, NP.
HEART STATUS : Married to Jada

ALL THE RIGHT MOVES -
AGE : 20 y.o
PRIORITY : pass my coaching badges
THE THORNY RELATIONSHIPS :

MessageSujet: Re: southwark ✒ you're fit, don't you just know it ? (pryce)   Lun 29 Aoû - 1:41

Pryce était de corvée en ce midi. Après avoir passé la plupart de son temps à la bibliothèque en compagnie de collègues de travail qui avaient moins bossé que lui puisqu’ils avaient passé leur temps à discuter de choses et d’autres, toutes les plus inintéressantes que les autres. Pryce, quant à lui, ne s’était pas laissé distraire, et avait avancé son boulot pour la semaine, préparant des tactiques, ou étudiant l’économie. La raison était simple : il travaillait en soirée, et pour gagner un peu plus d’argent avant que Jada ne lui fasse un cirque, il y allait plus tôt et terminait plus tard. S’il était de corvée, cependant, ça n’avait rien à voir. Il avait juste été désigné à la courte paille, pour aller chercher de quoi s’amuser pour la prochaine fête de prévue. Comprenez, de quoi fumer de bons joints. Il n’aimait pas vraiment s’y rendre. Queen Village n’était pas son endroit favori, notamment chez ce dealer, mais il était grand et costaud, on ne chercherait pas à l’emmerder. A moins que son côté bouille de gamin ne lui joue des tours. Il n’avait même pas l’âge légal pour boire ici. Ainsi arrivé au détour d’une rue, lui qui avait marché un bon moment après être descendu du bus, il s’était fait interpeler, et il s’y était engouffré. Ils n’avaient même pas parlé, ça s’était fait rapidement. Le fric contre le sachet, et voilà c’était fini, il déguerpissait. Il l’avait d’ailleurs planqué dans son sac en bandoulière, priant pour ne pas croiser de chien, ou il serait mal, mais il n’avait pas pu prendre la voiture. Ensuite, une fois dans des rues plus sûres, il s’arrêta devant un fast-food, affamé. Regardant un instant ce qu’ils proposaient, son regard se posa ensuite sur une personne. Nagore et son ventre rond. Ainsi, il resta dehors à l’attendre. Elle finirait bien par sortir. Il fallait qu’il lui parle, même s’il n’en avait pas plus envie que ça.

Il ne s’attendait pas à ce qu’elle le percute de plein fouet cependant. Elle ne regardait même pas où elle allait. Elle avait l’air ailleurs, presque contente. D’ailleurs ses exclamations le firent grimacer. « Nagore. » fit-il faussement surpris, en lui lançant un signe de tête. Elle apparaissait faussement heureuse de le retrouver, mais pour lui ça tombait bien. Elle arrêta les politesses, et chercha à le rassurer avant même qu’il ne puisse dire quelque chose, il ne pouvait même pas en placer une. Rapidement, elle voulut déguerpir, et le salua, alors qu’il était resté coi, incapable de dire quoi que ce soit. Finalement, alors qu’elle partait, il la rattrapa, lui attrapant la main pour la forcer à se retourner : « Faut qu’on parle. » A chacune de leurs rencontres, il plaçait cette phrase. C’était trop récurrent, alors limite mal à l’aise, il lui demanda : « Ca t’ennuie de manger avec moi ? » Il ne cherchait pas à s’en faire une amie, mais il s’était dit, que comme ça, elle l’écouterait probablement plus longtemps. Avec Nagore dans les parages il avait complètement oublié son histoire de joints et de chiens. Soupirant, il finit par dire, peu sûr de lui : « Tu comptes toujours pas avorter ? » N’avait-il pas compris que c’était trop tard ? Apparemment non. Ce gamin était loin d’être une aubaine pour lui, il refusait qu’elle le mette au monde, il s’en voudrait toute sa vie si c’était le cas. Maintenant qu’il était lancé, il ne s’arrêtait plus dans son monologue : « Tu veux pas avoir un gosse d’un autre mec que moi ? Je veux dire, t’as pas pensé au gamin, il va vivre sans père, et moi je peux pas l’assumer, et sincèrement, t’aurais pu faire un enfant dans le dos de quelqu’un d’autre ! » En clair elle l’avait foutu dans la merde, même s’il s’y était foutu tout seul. Nagore apparaissait comme la personne qui lui rendait la monnaie de sa pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nagore Bergess
▲ MUMFORD AND SONS.
avatar

MESSAGES : 91
COPYRIGHT : © pomeline ♘ belikovs (avatar) ♘ soon (sign).
MULTINICKS : Scarlett ♘ Ceri.
JOB : Caterer.
ADDRESS : #205 queen village.
HEART STATUS : Single (and pregnant, yep).

ALL THE RIGHT MOVES -
AGE : 27 yo.
PRIORITY : her job, her baby.
THE THORNY RELATIONSHIPS :

MessageSujet: Re: southwark ✒ you're fit, don't you just know it ? (pryce)   Lun 29 Aoû - 3:23


Ses prières ne furent pas exaucées, Pryce venait de la rattraper en lui agrippant la main, ce qui la fit se retourner instinctivement. Il faut qu'on parle. Elle sourit à cette remarque, tant elle avait l'habitude de l'entendre. La suite de la conversation, ils la connaissaient tous les deux. Quant à la fin, encore plus. Nagore et Pryce n'étaient pas d'accord et ne le seraient surement jamais. Plantée sur le trottoir, elle finit par répondre à sa proposition : « Oui, ça m'ennuie de manger avec toi. » et elle agita son sachet de nourriture à emporter qui était d'ailleurs en train de refroidir. Et même, l'envie de déjeuner en sa compagnie n'était pas là. D'ailleurs sa remarque suivante ne l'aidait pas. La jeune femme soupira, levant les yeux au ciel, exaspérée qu'il n'arrive pas à se rentrer l'information dans la tête. « Je ne peux plus avorter Pryce, je te l'ai déjà dit trois fois. » Lui noter sur une feuille serait peut être une bonne idée. Il continua dans un monologue qu'elle écouta attentivement sans ciller. Son discours était bien mignon mais Nagore se contenta de se pincer les lèvres, pas vraiment d'accord avec lui. Il voulait des explications, elle allait lui en founir. « Tu n'es pas le père de cet enfant Pryce, tu es juste le géniteur. » Ce qui était totalement différent. « Et je ne veux pas que tu l'assumes. Je ne t'ai jamais rien demandé. J'ai pas besoin d'argent, j'en ai. J'ai pas besoin d'aide je suis très bien entouré par ma famille et mes amis. Cet enfant aura une vie parfaite loin de toi, je t'assure. » Car même s'il ne disait rien, Pryce semblait inquiet de l'avenir de ce petit. Pire encore, il se souciait de lui. Elle n'aurait jamais pensé ça, d'ailleurs. Ça l'avait étonné dès le début ce genre de réaction, elle qui était persuadé qu'il lui dirait simplement d'aller se faire foutre, devait désormais vaincre les états d'âme d'un gamin de 20 ans. Il n'était pas fait pour être père, vraiment.

« Dans le dos de quelqu'un d'autre ? » reprit-elle, étonnée. « Tu couches avec la moitié de la ville, tu t'es jamais demandé si l'une d'elles n'avaient pas eu d'enfant de toi ? » Un grand reproducteur ce cher Pryce. « Tu récoltes ce que tu sèmes, tu ne peux pas le nier. » Ce n'était pas le but premier de Nagore de lui montrer qu'il y avait des conséquences à tout acte, de lui donner une leçon. Elle voulait juste un enfant, c'était tombé sur lui par hasard. Elle ne demandait rien, en plus, n'allait pas courir voir sa femme ou quoi que ce soit, pourquoi donc s'inquiéter. « Écoute Pryce, c'est pas compliqué. J'ai un bébé, c'est mon bébé. Tu l'as conçu, ça s'arrête là. T'as pas besoin de le reconnaître, tu fais rien. Tu continues ta vie parfaite, tes sauteries à droite à gauche, ton mariage merveilleux, bref, ce qui ne me regarde pas. Je ne veux rien, alors franchement, fiche moi la paix avec ça. » lâcha-t-elle enfin en haussant les épaules. Pourquoi diable compliqué une situation aussi simple : nagore bébé, pryce rien demander. Capish ? De plus, elle ne comptait pas passer le reste de sa vie seule. Aussi quand elle aurait un petit ami, celui-ci s'occuperait également de son enfant et une fois marié, pourrait très bien l'adopter. Elle ne cacherait cependant pas la vérité sur son vrai père. « Et Jada n'a pas besoin d'être au courant. » précisa-t-elle enfin, sachant qu'elle était le cadet de ses soucis.

_________________
to make a mountain of your life is just a choice but I never learned enough to listen to the voice that told me always love hate will get you everytime always love don't wait 'til the finish line slow demands come round squeeze the air and keep the rest out it helps to write it down even when you then cross it out ❞❞ always love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pryce Eardley

avatar

MESSAGES : 105
COPYRIGHT : me, Pomeline, Tumblr
MULTINICKS : Arron Eccles
JOB : student in management
ADDRESS : #194 Fairmount, NP.
HEART STATUS : Married to Jada

ALL THE RIGHT MOVES -
AGE : 20 y.o
PRIORITY : pass my coaching badges
THE THORNY RELATIONSHIPS :

MessageSujet: Re: southwark ✒ you're fit, don't you just know it ? (pryce)   Lun 29 Aoû - 5:38

Il avait l’impression d’être vieux et de radoter, tant il lui rabâchait toujours les mêmes choses. Quant à sa proposition, elle la déclina, ayant prévu de manger tranquille son plat à emporter, et surtout sans lui. Tant pis, il mangerait plus tard, une fois de retour à Fairmount. Mais il se sentit presque vexé du ton qu’elle avait employé et il se pinça les lèvres. « Okay… » Il ne rajouta rien, ça ne servait à rien. Mais elle qui apparaissait plutôt joyeuse un peu plus tôt, semblait maintenant agacée au possible par l’attitude du gamin de 20 ans. C’est vrai, elle lui avait déjà dit trois fois qu’elle ne pouvait plus avorter. Mais juvénile au possible, il se braqua, et se tourmenta comme si sa vie en dépendait. « Mais il doit forcément avoir un moyen ! Trois mois c’est pas grand-chose… » C’était juste le tiers du développement du bébé, mais non ce n’était pas grand-chose. Ce qui le tracassait, c’est qu’il ne pouvait avoir aucune confirmation de la part de sa famille : d’une part parce qu’ils étaient loin, et que le téléphone était surtaxé, et d’une autre parce qu’il avait peur de leur parler de sa bévue, lui qui leur apparaissait comme un ange, gamin studieux qui n’avait qu’un rêve. Entre père et géniteur, malgré la différence notable dans le dictionnaire, il n’y avait qu’un pas selon lui. Il ne pouvait se concevoir géniteur sans se dire qu’il était le père. La pratique ne ressemble jamais à la théorie. Elle avait cependant raison, puisqu’il ne lui devait rien, elle voulait juste un enfant. Mais s’il l’avait su, il aurait contenu ses pulsions sexuelles, car maintenant il ne faisait que se torturer, pour un enfant qui n’était même pas encore né. Il ne pouvait s’empêcher de se dire qu’il faisait office de connard dans l’affaire. « J’étais pas au courant de la supercherie ! Sinon j’aurais rien fait. T’aurais pu m’en parler avant les trois mois. Tu sais pas ce que c’est de se dire qu’un gamin est de toi, mais que tu le voulais pas, et pourtant il va exister, et que tu peux pas t’empêcher de culpabiliser. Tu devrais toi aussi. Un enfant devrait connaitre ses parents et surtout que ses parents veulent tous les deux de lui. Y a les banques de sperme sinon ! Pourquoi moi ? » Il se répétait, mais il ne parvenait pas à comprendre comment il avait été le choix numéro un pour la conception d’un enfant.

Cependant, Nagore, bien plus expérimentée, parvenait à l’accabler par son propre comportement, et il en resta bouche bée. Elle avait raison, il n’avait pas un comportement raisonnable, mais était-ce déjà raisonnable d’être marié si jeune alors que Jada et lui ne s’étaient jamais comportés comme un véritable couple ? Il en doutait, et malgré son comportement, il s’en trouvait affecté chaque jour, car il savait qu’il faisait du mal à Jada, et malgré tout il l’aimait, même s’il ne lui disait pas. « Je couche pas avec la moitié de la ville, » s’indigna-t-il avant de reprendre un peu troublé : « Eh non…Elles sont pas enceintes parce qu’on se protégeait chacun de notre côté, ce que toi…t’as pas fait ! » Et il cherchait à la rendre responsable de nouveau, alors qu’au final, pour elle, c’était calculé, elle le voulait cet enfant. L’unique responsable de ce pseudo accident, c’était lui. Et comme pour se justifier il reprit : « Tu vas pas me dire que toi à mon âge t’étais une sainte non plus ?! Ca t’a pas empêché de te retrouver en cloque avant ! Tu fous le bordel dans ma vie, comme si elle l’était pas déjà assez compliquée comme ça ! » Le ton montait, comme à chaque fois, Pryce ne parvenait pas à rester calme, tant la situation était déroutante pour lui. Ce qu’il craignait, c’est que Jada finisse par le découvrir, et il pouvait être sûr, la connaissant, qu’elle ferait en sorte de lui pourrir la vie et de disparaitre de cette dernière, et il aurait tout perdu. Mine de rien Nagore parvenait à le faire réagir. Il fallait qu’il fasse des choix. Il ne supportait plus le comportement de Jada, mais il était incapable de le lui dire, ni de faire quoi que ce soit d’autre qui l’éloignerait d’elle d’ailleurs. Alors il se rongeait en passant son temps avec d’autres, mais ça les détruisait tous les deux, mais il en était conscient. Alors que le bébé ne faisait pas partie des actes prémédités, et c’est ça qui le gênait. Un bébé avait beaucoup plus de poids, car elle n’avait jamais mentionné le fait d’être dérangée par ses tromperies présumées, mais un bébé les matérialisait. Ca changeait tout. Paniqué à l’écouter, son visage affichait un état de contrariété avancé : « Non ! Je te ficherais pas la paix, car je veux pas être impliqué dans ta magouille ! Je veux pas être le géniteur de qui que ce soit, je veux pas avoir d’emmerdes, je veux arrêter de me prendre la tête à cause de toi, tu peux le comprendre ça ? » Il se mit à rire nerveusement. « Non tu peux pas évidemment, parce que toi tu penses qu’à ta gueule ! Pas étonnant que t’aies pas trouvé de père en fin de compte, tu veux un géniteur parce que personne veut de toi. » La contrariété mène parfois les hommes à balancer des choses qu’ils ne pensent pas, des choses blessantes qu’on regrette aussitôt. Pryce s’en rendit bien vite compte : « C’est pas ce que je voulais dire. » Evidemment qu’il n’allait pas le dire à Jada, sauf si la culpabilité le rongeait. Le problème c’est qu’ils n’étaient pas les seuls au courant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nagore Bergess
▲ MUMFORD AND SONS.
avatar

MESSAGES : 91
COPYRIGHT : © pomeline ♘ belikovs (avatar) ♘ soon (sign).
MULTINICKS : Scarlett ♘ Ceri.
JOB : Caterer.
ADDRESS : #205 queen village.
HEART STATUS : Single (and pregnant, yep).

ALL THE RIGHT MOVES -
AGE : 27 yo.
PRIORITY : her job, her baby.
THE THORNY RELATIONSHIPS :

MessageSujet: Re: southwark ✒ you're fit, don't you just know it ? (pryce)   Lun 29 Aoû - 7:57


Trois mois pas grand chose ? Ça faisait un trimestre, un tiers de la grossesse, c'était bien assez. « Pousse moi dans les escaliers. » répondit-elle alors puisqu'il cherchait un moyen. Une fausse couche tardive était tout aussi possible mais plus rare. Personne dans sa famille n'avait eu de problème avec une grossesse donc il semblait peu probable que Nagore en aient. Malheureusement pour lui. « Pourquoi toi ? Eh bien ce jour là, je n'ai pas trouvé d'autre con présent. » Nagore était dure, très dure, même blessante dans ses paroles. Ce n'était pas son genre mais ses émotions étaient décuplés depuis quelques temps. Aussi si elle était heureuse c'était trois fois plus et si c'était le contraire, eh bien tant pis. Pas sûr que Pryce comprenne que le but n'était pas de le blesser mais de lui ouvrir les yeux. « Les jolies paroles, bébé ne doit pas vivre sans ses parents, blabla.. Ca ira, j'ai assez d'amour pour deux. Je ne sais pas à quoi tu t'attends mais je ne changerai pas d'avis. Tu peux continuer sur cette voie, tenter de me faire culpabiliser je m'en fiche. Je ne me sens pas coupable de quoi que ce soit. » Et c'était vrai. Elle n'avait même pas prévu de lui dire que c'était le père, au contraire mais forcément une fois devant le fait accompli, elle n'avait pas osé prétendre autre chose. Maintenant qu'il se prenne en main et oublie un peu cet enfant ne lui ferait pas mal. Il n'avait pas de conscience lorsqu'il trompait sa femme, pourquoi en aurait-il avec ce bébé ?

« Faut un début à tout. » dit-elle en haussant les épaules. Pas sûr que les autres filles se protègent et même, le problème n'était pas là, il était bien en amont : il trompait sa femme avec la première plante venue. « A ton âge ? Uh, attends.. je ne me suis pas mariée non.. je n'avais pas une vie sexuelle débridée non plus.. non vraiment, j'étais d'un banal.. d'un normal même, oui normale. » Elle insista sur ce mot 'normale' sous entendant qu'il ne l'était pas tout à fait dans sa manière d'être et d'avoir construit sa vie. Quoi que, avoir un enfant avec un jeune de 20 ans n'était pas mieux, certes. Il avait mis les pieds dans le plat tout seul et était bloqué de chaque côté, autant qu'il prenne les choses avec plus de simplicité : foutre la paix à Nagore et ne rien dire à Jade. « Je peux comprendre. » fit-elle ensuite en haussant les épaules, satisfaite. En fait elle n'en avait rien à faire. Par contre la suite la fit tiquer, au point de l'énerver. Une femme enceinte, avec ses hormones, énervée ne donnait jamais rien de bon. Se passant une main sur le visage, elle finit par lui rétorquer au bout de quelques secondes à peine : « C'est pas ce que tu voulais dire ? » commença-t-elle. « Toi et ta femme vous êtes l'exemple même qu'il vaut mieux être seul que mal accompagné. Personne ne veut de moi et ben tant mieux, ça m'évitera d'avoir votre vie de merde. » elle n'avait pas encore terminé, mais marqua une pause. « Que je t'explique quelque chose Pryce, là tu vois je ne te pourrie pas la vie, mais je pourrais bien m'y mettre si tu continues de me taper sur les nerfs. D'abord, j'irai voir Jada et ensuite, un avocat. Je pourrais tout à fait te forcer à passer un test pour prouver que tu es le père et ensuite te demander une pension bien juteuse.. et enfin, vu ton passé et celui de ta dulcinée, tu n'aurai absolument aucun droit sur lui, ni même un droit de visite. Tu tiens réellement à continuer sur cette voie ? J'ai les moyens de me payer n'importe qui, toi non. » lâcha-t-elle enfin, tout à fait sérieuse. Elle ne supportait pas qu'il s'en prenne à elle pour de si mauvaises raisons. Il avait juste peur des conséquences et de sa femme. Puis elle sourit, hypocritement. « Moi, c'est tout à fait ce que je voulais dire. Tu les fais tes 20 ans mais va les faire ailleurs par pitié. » s'enquit-elle ensuite. Pour l'instant, elle ne regrettait rien de ce qu'elle avait pu lâcher. Plus tard, une fois la tempête passée, surement. « Dégages Pryce, dégages.. » Elle secoua la tête avant de tourner les talons.

_________________
to make a mountain of your life is just a choice but I never learned enough to listen to the voice that told me always love hate will get you everytime always love don't wait 'til the finish line slow demands come round squeeze the air and keep the rest out it helps to write it down even when you then cross it out ❞❞ always love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pryce Eardley

avatar

MESSAGES : 105
COPYRIGHT : me, Pomeline, Tumblr
MULTINICKS : Arron Eccles
JOB : student in management
ADDRESS : #194 Fairmount, NP.
HEART STATUS : Married to Jada

ALL THE RIGHT MOVES -
AGE : 20 y.o
PRIORITY : pass my coaching badges
THE THORNY RELATIONSHIPS :

MessageSujet: Re: southwark ✒ you're fit, don't you just know it ? (pryce)   Lun 29 Aoû - 9:08

La pousser dans un escalier était une idée démoniaque. Il ne se voyait pas faire ça. Il avait beau ne pas vouloir de cet enfant, il n’était pas du genre à souhaiter et à provoquer le malheur des autres. Il se promettait cependant de faire des recherches sur les femmes enceintes afin de pouvoir envisager un moyen scientifique. Même s’il ne pensait même pas le mettre à exécution. Il devait peut-être y songer ? Nagore n’était pas vraiment agréable avec lui. On aurait dit qu’elle cherchait à être méchante uniquement pour qu’il lui foute la paix. Il n’était qu’un gamin, il faisait des erreurs, et même s’il ne parvenait pas à les comprendre à chaque fois, il apprenait. Il y avait aussi une façon de lui expliquer les choses, et lui qui avait toujours été brillant en cours se sentait con d’avoir été si naïf. Sa naïveté était peut-être son principal défaut, du moins à ses yeux. Visiblement vexé, il ne prit même pas la peine de répondre, affichant une mine déconfite. Il se souvenait de ce qu’il avait dit en plus ce jour-là : il avait une forme olympique, tout marche toujours avec lui. Il n’avait peut-être pas tort. Il jugeait ne pas être le plus con, il se trompait alors ? Tout devenait assez flou dans sa tête, il ne savait plus vraiment quoi penser. Nagore elle, ne changerait pas d’avis, elle voulait ce bébé, et elle le garderait coute que coute. Elle n’en avait rien à faire des états d’âme du père. « Et tu lui diras quoi au gamin s’il te demande pourquoi il a pas de père ? Tu lui répondras : ‘t’as un géniteur mon enfant, parce que je voulais un enfant et pas lui, et parce que je me suis faite troncher juste dans le but de t’avoir ?’ » C’était à peu près ça dans sa tête. Il lui en voulait pour ce qu’elle avait dit plus tôt. Plus encore que pour le bébé, parce qu’elle avait touché à son égo. Il devenait agressif dans son ton, et ne cherchait même plus à essayer de la convaincre en étant gentil.

Il rit jaune. Un début à tout. « Oui comme pour l’avortement après trois mois de grossesse, il faut un début à tout. » Il secoua la tête, levant les yeux au ciel, agacé par le ton qu’elle employait se moquant presque de son train de vie. « Tu te permets de causer sur des détails qui t’échappent. Tu sais rien de ma vie. Et arrête de dire que je suis le double masculin de Marie-couche-toi-là ! Je couche pas avec tout le monde ! » On s’énerve vite quand on n’est pas maitre de la situation, et Pryce en était un exemple parfait. Il se considérait comme normal, et il finit même par lui rétorquer, non sans avoir réfléchi : « Différence de génération, c’est tout. Et de pays aussi. » Il avait raison sur ce point, les anglais étaient généralement précoces, et les générations étaient de pire en pire. Elle lui assura qu’elle pouvait comprendre, mais dit comme cela, ça laissait plutôt entendre : mais je n’ai pas envie de le faire. S’il était désolé, elle n’en tint même pas compte, et se mit à tempêter, lui balançant des insanités bien pires que les précédentes, et il en resta figé. Tant de méchanceté en si peu de temps il ne comprenait pas. Blessé, il pensait à Jada. C’était pas réglo ce qu’il faisait. Mais elle avait imposé ces règles de la non-exclusivité au départ, et ils n’avaient jamais reconsidéré la chose. C’était comme de mise avec eux. C’était peut-être une vie de merde, mais ils se démenaient pour s’en sortir à deux, bien que Pryce songeait plus à la quitter dernièrement, mais il n’avait pas la force de le faire. Tout ce qu’il trouva à rétorquer, contrarié mais sérieux, c’était : « J’espère que tu sauras ce que c’est d’aimer quelqu’un que tu n’arrives pas à comprendre un jour. A moins que ton gosse ressente la même chose vis-à-vis de toi. » Il marqua une pause, avant de reprendre : « En effet, j’ai été bien con de croire que tu serais assez évoluée pour accepter ce que je te demandais, mais comme tu l’as dit c’est trop tard. Et tu veux de ton gamin, garde-le. Tu me fais des menaces, mais t’es même pas capable de les mettre à exécution de toute façon. Fais ce que tu veux, j’en ai rien à battre, mais si t’es un jour dans la merde, viens pas frapper à ma porte, car je me souviendrais de ce que tu m’as craché à la figure. J’aurais été presque tenté d’assumer une part de mes actes ne serait-ce que pour ton gamin, mais là j’ai plus envie du tout. » Et comme dépité, il mit un coup dans la commande de Nagore qui valdingua au sol. « J’espère pour toi que ta famille sait s’occuper d’un gamin, car je plains le bébé. » dit-il alors qu’elle tourna les talons. Et là, il le pensait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nagore Bergess
▲ MUMFORD AND SONS.
avatar

MESSAGES : 91
COPYRIGHT : © pomeline ♘ belikovs (avatar) ♘ soon (sign).
MULTINICKS : Scarlett ♘ Ceri.
JOB : Caterer.
ADDRESS : #205 queen village.
HEART STATUS : Single (and pregnant, yep).

ALL THE RIGHT MOVES -
AGE : 27 yo.
PRIORITY : her job, her baby.
THE THORNY RELATIONSHIPS :

MessageSujet: Re: southwark ✒ you're fit, don't you just know it ? (pryce)   Lun 29 Aoû - 10:13


« Je vois pas en quoi c'est ton problème Pryce ce que je pourrais lui dire ou non. » Après tout il ne serait pas présent. Elle pouvait inventer une histoire, trouver un père de substitution entre temps, beaucoup de choix étaient possibles, il y avait de la marge avant que ce petit ne pose une question. Mais ce n'est pas ça qui interpella la jeune femme, plutôt la manière dont il se souciait de lui. Car il se fichait totalement d'elle, seul l'enfant lui importait à l'heure actuelle. « Pourquoi tu t'inquiètes tellement. Tu me tournes autour, t'es toujours là à me dire tout ça, à avoir un avis sur tout. Je comprends vraiment pas ce que tu me veux. Je ne te demande rien bordel, rien du tout ! » Et l'excuse du : le bébé n'aura pas de papa ne tenait plus. Dans le sens ou de nombreux enfants étaient dans ce cas et ils se portaient tous très bien, n'avaient aucun problème particulier. Les exemples ne manquaient pas. « Ce qui t'ennuie ce que tu te sois fait prendre à ton propre jeu, c'est ça ? » L'arroseur arrosé. « Si je suis seule, alors je lui dirais que son père n'était pas prêt à l'assumer et si je ne le suis pas, alors je lui dirais la même chose mais il aura quelqu'un sur qui compter. » Ça lui semblait si clair. Faire un bébé et être parents c'était complètement différent. Il aurait besoin d'attention et de stabilité, de quelqu'un comme elle, pas comme lui. Mais elle ne mentirait pas en prétendant qu'un autre était son père. Pryce serait peut être son 'père' mais seul ce nom lui serait donné, rien d'autre.

« Presque. » Il couchait presque avec tout le monde. Quant à sa remarque sur l'avortement après trois mois de grossesse, elle passa outre. Il l'énervait et agissait comme un enfant capricieux. Peut être qu'avoir un enfant seul n'était pas une excellente idée, peut être qu'elle en baverait par la suite mais à 27 ans elle se sentait tout à fait apte à juger ça d'elle même. « Tu veux que j'accepte de le tuer c'est ça. » Elle marqua une pause, réfléchissant à ses paroles peut être un peu trop poussées. « Je ne voulais pas être blessante. » Hormones. « Mais je ne viendrais pas frapper à ta porte. N'assumes rien et continues ta vie. » assura-t-elle en haussant les épaules. Lui qui voulait qu'elle avorte depuis le début, qui la poussait à ça, la harcelait presque, lui avouait vouloir assumer une part ? Mensonge. Surement énervé par les paroles de la jeune femme, Pryce donna un coup dans son sachet de nourriture qui s'écrasa au sol. Un instant elle le regarda puis se pencha pour le mettre à la poubelle. « Oui je le plains aussi. » lança-t-elle, se fichant pas mal de ce qu'il venait de dire, faire. Elle ne lui avait rien demandé, elle ne voulait rien. « Bonne continuation. » renchérit-elle enfin avant de fourrer une main dans son sac. Finalement elle ressortit son échographie qu'elle tendit à Pryce. « Tiens, et si t'as encore envie de le tuer, tu me préviendras. » Puis elle s'engouffra à nouveau dans les restaurant ou elle commanda une nouvelle fois des frites à gogo. Mais cette fois ci, elle mangerait sur place. Elle ignorait pourquoi elle lui avait donné cette échographie. Peut être parce qu'elle aurait vraiment ce bébé tandis que lui n'en aurait rien, juste une vague photo.

_________________
to make a mountain of your life is just a choice but I never learned enough to listen to the voice that told me always love hate will get you everytime always love don't wait 'til the finish line slow demands come round squeeze the air and keep the rest out it helps to write it down even when you then cross it out ❞❞ always love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pryce Eardley

avatar

MESSAGES : 105
COPYRIGHT : me, Pomeline, Tumblr
MULTINICKS : Arron Eccles
JOB : student in management
ADDRESS : #194 Fairmount, NP.
HEART STATUS : Married to Jada

ALL THE RIGHT MOVES -
AGE : 20 y.o
PRIORITY : pass my coaching badges
THE THORNY RELATIONSHIPS :

MessageSujet: Re: southwark ✒ you're fit, don't you just know it ? (pryce)   Lun 29 Aoû - 11:32

« Ah tu vois vraiment pas ?! Tu me prends pour quoi, une banque de sperme ou quoi ?! Je suis pas une machine ! Donc si j’ai envie de poser des questions sur un bébé qui est autant à moi qu’à toi, j’en pose ! » Mais son premier enfant il ne s’imaginait pas l’avoir dans de telles conditions, ni avec Nagore. Il s’était imaginé l’avoir dans quelques années avec Jada. De ce côté-là, les Anglais ne comptaient pas en avoir de sitôt, ils n’avaient pas les moyens de l’assumer, déjà qu’ils peinaient à joindre les deux bouts. Si cet enfant venait bel et bien au monde, Pryce ne pourrait l’ignorer. C’était une partie de lui, et il avait beau dire des choses et n’avoir que vingt ans, il finirait par prendre ses responsabilités, mais il avait peur de ce que ça allait lui couter. Il avait peur de perdre Jada, alors qu’il voulait s’en débarrasser dernièrement. C’était la solution, mais même ça, ça ne le contentait pas. Il se rendait compte que même si elle l’insupportait à ses heures, elle était tout de même la seule et unique. Nagore ne lui demandait rien, mais dans sa tête c’était l’inverse. Même si elle lui demandait rien, c’était par la venue au monde du gamin qu’il se sentirait obligé de faire quelque chose. « Tu comprends pas. Si ce gamin vient au monde, c’est le mien, je pourrais pas l’ignorer. Tu me prends pour un insensible ? Je préfèrerais donc qu’il ne vienne pas au monde. Je veux pas foutre un peu plus la merde avec Jada. » Déjà qu’elle l’avait suivi à contrecœur ici… Elle semblait croire qu’il était juste mécontent de s’être fait berner. Il y avait de ça, mais cet enfant remettait la vie du jeune homme en question. Un bon manager devait montrer l’exemple, et pour l’instant il était loin du compte, il avait beau être doué pour les études, ça ne suffisait pas. Il détourna la tête en soupirant franchement. « C’est la pire connerie que j’ai jamais entendue ! Tu crois que c’est un jeu pour moi ? C’est bien ce que je disais, tu parles de ce que tu connais pas. » Puis elle lui donna un réponse à sa question. Et il rit, de nouveau sur le coup de la nervosité. C’était bien ce qu’il pensait. « Tiens comme c’est bizarre : il aura quelqu’un sur qui compter. Tu vois il est même pas encore là que tu me fais déjà passer pour le connard de service ! » Du coup il n’avait pas tort de vouloir l’assumer en cas de naissance. Naissance qui était chaque jour un peu plus confirmée.

Pryce était fils unique, mais il avait toujours joué avec des enfants, et même encore aujourd’hui, il se plaisait à aller jouer au foot avec eux dans un parc, ou dans la rue. Il avait encore l’âme d’un enfant, donc il lui était facile de se mettre à la place de l’un d’eux. Lui avait eu une famille unie, et il aurait voulu que son enfant en ait une aussi. « C’est pas parce que j’ai couché avec toi que j’ai couché avec tout le monde. » Elle exagérait. Oui il trompait Jada, mais il était à peu près sûr qu’il avait couché plus de fois avec sa femme qu’avec le reste des filles réunies. Le tuer. Tout de suite les grands mots. « Je te demande d’avorter pas de le tuer. C’est pas encore un gosse, c’est un fœtus ! Ou un embryon, qu’importe c’est une larve. » Poétique. « Enfin ca ressemble pas a un bébé ! » dit-il pour se rattraper. Il haussa les épaules ensuite. « Ce qui est dit est dit. » Il s’indigna de nouveau lorsqu’elle lui demandait de continuer sa vie : « C’est facile pour toi ! T’as le beau rôle de la maman qui est juste tombée enceinte par accident. Mais le père lui, il est marié, il a 20 ans, pas un rond, alors c’est sur, il peut pas assumer le gosse, et plus tard le gamin il me prendra pour un connard ! » Et il ne pensait pas l’être. Réaction typique enfantine il avait gâché la nourriture de la jeune femme, et il le regretta aussitôt. Nagore lui tendit ensuite une photo. Ca ne ressemblait à rien. Et il comprit bien vite qu’il s’agissait d’une échographie, et il regarda la jeune femme comme s’il s’agissait d’un zombie. Il ne comprenait pas pourquoi elle lui donnait si elle ne lui demandait rien. Il regarda la photo. Ca n’avait rien d’un bébé, c’était moche. Comment pouvait-on s’extasier devant ? En plus ça lui fit mal au cœur d’observer cette photo. Puisqu’elle rentrait dans le restaurant, il la suivit. Photo à la main. Il sortit ensuite son portefeuille, et donna un billet à la caisse, payant à sa place, voulant se racheter de sa bévue. Puis il commanda en plus pour lui, et quand il fut installé en face de Nagore il lui tendit la photo de nouveau : « Pourquoi tu me donnes ça ? Je vais pas l’encadrer ! T’es vraiment sûre que tu peux pas avorter ? Je te demande ça comme une faveur. » Il apparaissait soudainement plus calme. Mais les dés étaient jetés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nagore Bergess
▲ MUMFORD AND SONS.
avatar

MESSAGES : 91
COPYRIGHT : © pomeline ♘ belikovs (avatar) ♘ soon (sign).
MULTINICKS : Scarlett ♘ Ceri.
JOB : Caterer.
ADDRESS : #205 queen village.
HEART STATUS : Single (and pregnant, yep).

ALL THE RIGHT MOVES -
AGE : 27 yo.
PRIORITY : her job, her baby.
THE THORNY RELATIONSHIPS :

MessageSujet: Re: southwark ✒ you're fit, don't you just know it ? (pryce)   Mar 30 Aoû - 3:46


« On dirait que c'est les soldes là. » fit-elle interloquée en arquant un sourcil. Il parlait de cet enfant comme d'un vulgaire tee-shirt à -50% dans une malle de vêtements. Ils allaient se taper dessus pour lui ? Quoi que, consciente que cette remarque ne leur apportait rien, elle haussa les épaules. Nagore voulait un bébé, un simple petit bébé, rien de plus et c'était tombé sur Pryce par le plus grand des hasard, parce que sur le coup il correspondait à des pseudos critères. Du moins, en apparence, c'est là qu'elle se rendait compte de sa légère boulette quant au reste. Autant dire que si son bébé ressemblait à son père, la jeune femme aurait du boulot. Elle sentait les nuits blanches arrivées et le petit piquer des crises à longueur de journée. Au moins lui, elle pourrait l'éduquer un minimum. « J'en ai rien à faire de Jada. » Si c'était la seule raison plausible pour qu'elle avorte, elle était bien mauvaise. Des Jada ça court le monde, les rues. « Et si tu ne veux pas l'ignorer, ne l'ignore pas. » lança-t-elle ensuite, c'était plutôt simple non ? Bien sûr qu'elle avait le bon rôle : elle n'était pas la femme mariée, ni celle qui avait fait une connerie, donc tout allait bien dans son monde. « Techniquement tu es un connard quand même.. pas pour moi mais pour ta Jada. » précisa-t-elle, pensive, sans vouloir être méchante. « Et effectivement je dois en être une aussi mais c'est pas vraiment la question. » continua-t-elle, minimisant un peu plus la situation à chaque fois. « Tu m'excuseras si j'ai des doutes sur toi. Tu me saoules pour que j'avorte, alors je doute légèrement que tu souhaites être présent pour lui à sa naissance, si déjà tu n'en voulais pas. Ça aussi il sera ravie de le savoir. » L'assumer c'était bien beau, encore fallait il en avoir la capacité. Et Pryce ne lui semblait pas bâti pour ça. Elle le sous estimait peut être mais son mariage passait avant cet enfant, ce qui prouvait bien que non, il n'en était pas capable.

Pour elle ça revenait au même, il trompait sa femme, il la tromperait encore, peut importe le nombre, c'est le geste avant tout qui n'allait pas (ne lui demandait pas de se sentir concernée, ce n'était pas le cas : elle était seule, lui non, il était fautif, elle non, point). « C'est ma larve. » répondit-elle sans plus mais catégorique. Puis elle tempêta à son tour pour le remettre en place : « Oui bah tu m'excuseras mais t'es marié, on s'en fout il est pas concerné par ça, t'es jeune d'accord mais t'as pas le QI d'une endive non plus, t'as pas un rond certes mais j'ai de l'argent pour tout payer alors oui, tu peux assumer ce gosse, pas comme il le faudrait certes, mais à mon avis c'est le taux de présence de ta part qu'il va prendre en compte et pas le reste, d'accord ? » Un enfant n'avait besoin que d'une présence, le matériel il ne comptait pas. Ce qui était bizarre, dans un sens, c'est qu'elle le poussait presque à assumer son rôle alors qu'elle n'avait jamais envisagé cette possibilité. Assise, à une table, elle mangeait des frites grasses, peu importe elle crevait de faim. Finalement, pryce s'installa en face d'elle : il ne s'arrêterait donc jamais ? Il tendit sa photo qu'elle reprit sans broncher pour la ranger. « Non, je ne peux pas. Avec un grand P comme Pas, combien de fois je vais devoir te le répéter ? » Il commençait à l'emmerder profondément. « Je ne peux pas c'est tout va falloir faire avec, qu'est-ce que tu veux que j'te dise ? Le délai c'est le délai. » Et ça l'arrangeait bien pour le coup. « Et maintenant ? Tu restes, tu pars, tu fais quoi ? »

_________________
to make a mountain of your life is just a choice but I never learned enough to listen to the voice that told me always love hate will get you everytime always love don't wait 'til the finish line slow demands come round squeeze the air and keep the rest out it helps to write it down even when you then cross it out ❞❞ always love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pryce Eardley

avatar

MESSAGES : 105
COPYRIGHT : me, Pomeline, Tumblr
MULTINICKS : Arron Eccles
JOB : student in management
ADDRESS : #194 Fairmount, NP.
HEART STATUS : Married to Jada

ALL THE RIGHT MOVES -
AGE : 20 y.o
PRIORITY : pass my coaching badges
THE THORNY RELATIONSHIPS :

MessageSujet: Re: southwark ✒ you're fit, don't you just know it ? (pryce)   Mar 30 Aoû - 5:23

Pryce n’en démordait pas, mais restait terriblement contradictoire. Il ne voulait pas de cet enfant, mais s’il venait au monde il était prêt à l’assumer, et semblait s’y intéresser énormément. La raison était simple : il avait un cœur, et surtout il était prêt à faire face à ses erreurs et ses responsabilités. Si cet enfant était le sien, il ne pourrait l’ignorer. Il savait que ça le mettait au devant de moments difficiles notamment avec Jada, qui lui pardonnerait probablement pas, voire peut-être s’il avait de la chance, difficilement. En tout cas il allait devoir changer de comportement du tout au tout. On ne s’improvisait pas père, et il devait aussi faire en sorte de sauver son mariage. Etait-il encore question de se séparer de Jada ? Non. Il tenait à elle. Mais il fallait mettre les choses à plat. La connaissant, elle lui en voudrait, et peut-être même que cet événement fortuit la sortirait de son mutisme ambiant dans lequel elle s’était enfermée. Quant à Nagore et lui, ils allaient devoir apprendre à composer ensemble, car ils ne semblaient jamais d’accord. Et ce n’était pas gagné. « Eh bien moi je m’en fous pas ! C’est ton coup monté qui va foutre la merde, alors tu pourrais faire en sorte de m’aider ! T’as qu’à lui dire la vérité, que tu m’as piégé, et que j’étais trop bourré pour m’en rendre compte ! » Ce n’était pas exactement ça, mais ça lui apparaissait plausible, bien que Jada risquerait de se moquer de lui. Nagore aussi. Il était tiraillé le pauvre gamin de Preston. Elle lui fit ensuite remarquer qu’il était un connard envers Jada, et elle n’avait pas tort, et il n’avait pas beaucoup de moyens de se défendre. « Si notre relation avait été moins prise de tête dès le début, je me serais comporté différemment. » Mais Jada n’avait pas mis de barrières et Pryce bien qu’amoureux, en avait peut-être trop profité. Il souffla de façon sonore, visiblement agacé. « Putain il faut te le dire en chinois ou quoi ?! Je veux que t’avorte parce qu’il me semble que le délai est plus long que ça et que tu mens juste pour le garder, mais ça veut pas dire que j’assumerais pas les conséquences de mes actes s’il vient au monde ! Et vas-y passes pour une sainte auprès de ton gosse, s’il apprenait que tu étais une sorte de cougar, il serait bien moins fier de sa maman parfaite ! » Pryce n’avait pas encore l’étoffe d’un adulte responsable, car il croulait sous les problèmes et faisait en sorte que tout aille bien dans ses études, se concentrant dessus, mais un enfant rajouterait un poids de plus, et s’il savait que ça serait difficile surtout les premiers mois, il préférait s’y préparer mentalement.

« Ta larve, elle n’existerait pas si j’avais pas été là. » Parce qu’une autre larve pourrait exister, mais pas celle-là. Il était le seul con qui s’était fait prendre au piège. Cependant, il se demandait bien si c’était prévu qu’elle tombe enceinte ce soir-là. Il se demandait si comme elle l’avançait, elle avait tout planifié et qu’elle avait cherché un homme dans ce but. L’inconnue de l’équation. Nagore s’énerva à son tour, et au contraire de ce qu’elle avait dit plus tôt, c’était comme si elle voulait qu’il s’occupe de l’enfant, qu’il prenne ses responsabilités. Il arqua d’ailleurs un sourcil : « Je croyais que tu me demandais rien ? Et si l’enfant n’est pas concerné, toi tu l’es ! Elle est pourtant pas cachée dans ma poche mon alliance ! Et je t’ai déjà dit que je m’en occuperais ! Mais à cause de toi je vais être dans la merde. J’ai un boulot, j’ai mes études, j’ai une femme, et maintenant je vais avoir un bébé. Dis moi tu crois qu’un gamin de 20 ans il peut assumer tout ça ? » Il se le demandait lui-même voilà pourquoi il posait la question. Il avait une amante aussi. Mais ça, c’était une autre histoire. Il sentait que les soirées entre potes allaient vite toucher à leur fin, tout ça à cause d’un coup d’un soir qui s’était transformé en larve avant de devenir un cocon et un papillon. Posant ses barquettes de frites sur la table, et s’installant, déposant son sac à ses pieds, il s’était assis en face d’elle qui mangeait également ses frites. Elle lui assura ne pas pouvoir avorter. « C’est donc pas une question de volonté… » Ah il commençait à comprendre. En revanche, elle semblait vouloir qu’il dégage, comme elle lui avait signifié un peu plus tôt. Il soupira : « Je mange mes frites et je te laisse tranquille, ça te va, ça ? Tu vas pas non plus me faire chier pour ça… » Parfois il avait l’impression de voir sa mère en face de lui, qui lui beuglait des insanités sur sa façon d’agir, sur le mariage avec Jada et ainsi de suite. Il n’osait même pas imaginer ce qu’elle penserait d’un bébé à son âge.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nagore Bergess
▲ MUMFORD AND SONS.
avatar

MESSAGES : 91
COPYRIGHT : © pomeline ♘ belikovs (avatar) ♘ soon (sign).
MULTINICKS : Scarlett ♘ Ceri.
JOB : Caterer.
ADDRESS : #205 queen village.
HEART STATUS : Single (and pregnant, yep).

ALL THE RIGHT MOVES -
AGE : 27 yo.
PRIORITY : her job, her baby.
THE THORNY RELATIONSHIPS :

MessageSujet: Re: southwark ✒ you're fit, don't you just know it ? (pryce)   Mar 30 Aoû - 23:59


Nagore ne voulait pas, au fond d'elle, priver cet enfant de son père, si jamais il lui venait à l'idée de vouloir s'en occuper. Mais elle avait toujours un petit doute le concernant, pas lui directement, mais sa façon de vivre et son entourage avant tout. Premièrement il y avait le problème Jada. Cette fille était complètement bizarre et la jeune femme se refusait à lui confier son enfant si jamais elle était dans les parages (tant elle pensait qu'elle était capable de lui faire du mal, par pure vengeance). Ensuite il y avait son mode de vie débridé, le fait qu'il passe du temps dans les bars, avec des filles. Nagore ne souhaitait pas non plus retrouver son gamin dans une voiture à 3h du matin pendant que son cher papa était en train de picoler. Enfin, entre ses études, son boulot et le reste : lui restait-il vraiment du temps pour prétendre à être un père ? Ne serait-il pas plus raisonnable pour l'avenir de cet enfant d'ignorer tout de son père plutôt que d'avoir connaissance de lui et de comprendre qu'il ne viendrait pas, qu'il n'avait pas le temps. Il lui semblait plus facile de vivre en pensant à quelqu'un que l'on a pas connu, plutôt que de supporter son absence inlassablement et savoir qu'il ne passera pas la porte. C'était égoïste, certes et peut être sous estimait-elle ses capacités mais dans sa tête, tout s'enchainait très simplement. Et de toute manière, peu importe sa décision. Si ça se passait mal, elle interviendrait. « Je ne pense pas que Jada soit stupide au point de prendre un 'elle m'a piégé' pour une excuse valable, non ? » Piégé ou non il y avait un bébé, elle le tuerait forcément. Sa relation avec sa femme était d'ailleurs un gros point d'interrogation (si d'ailleurs on pouvait appeler ça une relation). Dans son monde de bisounours à elle, toutes tromperies se soldaient par une rupture. Et toutes tromperies signifiaient aussi que le couple n'était pas fait pour être ensemble, ou pas prêt selon. Mais elle se garda bien de préciser tout ça. « A mon avis il préfèrera sa maman cougar qui voulait le garder à son papa adolescent, qui ne le voulait pas. » siffla-t-elle tout sourire. Ce petit, s'il venait à naitre, aurait une famille de fou. Au moins l'histoire de la rencontre de papa et maman serait amusante à raconter.

« C'est juste que ton alliance est le genre de détail auquel on ne s'attache pas franchement. Toi, par contre, tu devrais. » lança-t-elle, sérieuse. Il croyait sincèrement qu'une fille dans un bar vérifiait la main gauche de tous ses possibles prétendants ? Non sérieusement ? Même le fait qu'une fille soit assise à côté de lui ne gênait pas, copine ou non alors un bout d'argent sans importance. Pire encore, certaines adoraient ça mais fort heureusement, ce n'était pas son cas. Il pouvait considérer avoir été au mauvais endroit au mauvais moment, point. « Mais c'est pas mon problème ce qui se passe dans ta vie, ce qui ne va ou pas. Et puis, merde, fais un choix : assumes ou n'assumes pas mais arrête de changer de côté ! » Un coup il disait qu'il le ferait, le suivant il énumérait les problèmes qui le faisait fuir. Il lui donnait juste mal à la tête avec toutes ces explications. La prochaine fois elle choisirait un muet, ce serait bien plus simple. « Je veux ce bébé. C'est ma volonté. Même si je pouvais avorter, je ne le ferai pas. Renseigne toi si ça te chantes. » précisa-t-elle alors, pour qu'il comprenne bien les choses, à savoir qu'il n'obtiendrait pas gain de cause. Libre à lui de choisir la suite des évènements. « Je voulais dire.. par rapport au bébé.. » Il venait presque de l'enguirlander pour une histoire de frites ? Nagore termina bien vite les siennes avant de s'essuyer les mains. « Je suis sincèrement désolée si ça fout en l'air ta vie. Mais arrêtes de venir m'agresser à chaque fois en croyant que ça changera quelque chose. » avait-il donc un QI d'endive alors ?

_________________
to make a mountain of your life is just a choice but I never learned enough to listen to the voice that told me always love hate will get you everytime always love don't wait 'til the finish line slow demands come round squeeze the air and keep the rest out it helps to write it down even when you then cross it out ❞❞ always love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pryce Eardley

avatar

MESSAGES : 105
COPYRIGHT : me, Pomeline, Tumblr
MULTINICKS : Arron Eccles
JOB : student in management
ADDRESS : #194 Fairmount, NP.
HEART STATUS : Married to Jada

ALL THE RIGHT MOVES -
AGE : 20 y.o
PRIORITY : pass my coaching badges
THE THORNY RELATIONSHIPS :

MessageSujet: Re: southwark ✒ you're fit, don't you just know it ? (pryce)   Mer 31 Aoû - 4:39

Un enfant dans sa vie faisait office d’une bombe. Il fallait évidemment prendre ses responsabilités, changer sa façon de vivre, faire des choix et les bons si possible, ce qui n’était pas une tâche facile. En effet, pour s’occuper d’un enfant il fallait tenir le coup avec peu d’heures de sommeil, mais étudiant il devait penser à bosser en plus de s’occuper d’un bambin. Il ne vivait pas seul donc toute son attention ne pouvait être portée sur le bébé, et malheureusement pour lui un enfant en avait bien plus besoin que quiconque. Il devait également apprendre à manger correctement car quand le bébé serait plus grand, il ne pourrait pas se nourrir de malbouffe. Et surtout, il devait stopper les sorties, les soirées en compagnie d’autres filles. Finalement, si ce bébé avait été conçu avec Jada, il aurait probablement tout arrangé entre eux, mais là, il allait accaparer son père, et il ne serait plus un mari par définition, même s’il ne l’avait jamais véritablement été aux yeux de Jada, vu qu’il la trompait sans cesse. Il était peut-être ainsi plus judicieux d’oublier ce gamin, comme s’il n’était pas le sien et de laisser Nagore s’en occuper toute seule. Mais Pryce ne pourrait vivre avec cette culpabilité d’avoir enlevé volontairement au gosse, son père, parce que ce dernier ne pensait qu’à sa pomme. Peut-être qu’il allait donc devoir lever le pied au niveau des études, et uniquement travailler pour subvenir aux besoins de son gamin. A moins qu’il ne passe juste moins de temps à étudier, mais ça se concrétiserait par un échec, c’était certain. Nagore avait raison, Jada se douterait forcément de quelque chose, son idée ne tenait pas debout, il était d’ailleurs incapable de construire un énorme mensonge à ce sujet. Il soupira : « Je sais pas quoi faire. » Trop tiraillé. Dans la tête de Nagore c’était clair, il devait privilégier le bébé. Dans sa tête à lui c’était Bagdad. Jada et Pryce avaient traversé tant de choses ensemble. Certes ils s’étaient trompés à tour de bras, mais ils étaient toujours ensemble c’est bien qu’il y avait un lien fort entre eux, non ? Ou alors que tous deux étaient trop lâches pour se quitter, comme Pryce ces derniers temps. « La maman elle avait surtout moins de contraintes que le papa, elle est seule, elle a un emploi et suffisamment âgée. » Ah elle serait belle la pseudo famille.

Nagore avait toujours raison. A 20 ans on était susceptible de voir la paille chez les autres, mais pas la poutre chez soi. En effet qu’il devait s’y attacher, mais ce mariage au fond, ne signifiait pas grand-chose pour lui. C’était surtout pour Jada qu’il avait du poids. Pour lui, ça n’avait rien changé puisque rien n’avait changé entre eux. Et il aurait du changer quelque chose dans son comportement. S’il l’aimait du moins, et c’était le cas. Il répondit tout juste, pensif : « Je sais. » C’était pas son problème, elle avait de nouveau raison. Il devait régler ses problèmes plutôt que se plaindre en fin de compte. En fait il se sentait comme puni d’avoir trompé Jada, tout s’entassait dans sa vie comme s’il avait une montagne de paperasse à traiter. Il haussa les épaules alors, ne sachant pas très bien ce qu’il pouvait dire à tout cela, ça ne servirait à rien de se justifier, donc mieux valait se taire des fois. Il devait faire un choix, mais c’était déjà du tout vu, il s’occuperait de cet enfant. Il fallait juste s’organiser et surtout annoncer la nouvelle à Jada qui ne l’accueillerait pas à bras ouverts. Quand elle lui expliqua ensuite qu’elle voulait ce bébé, il se rendit compte d’une chose : elle avait vraiment envie de l’avoir cet enfant ; pour une raison qui lui échappait, certes, mais dans ses mots transparaissait cette envie d’être mère. Peut-être parce qu’elle se considérait déjà presque trop vieille ? Il se contenta de grimacer, il ne disait plus rien, de toute façon, il avait tout tenté, et il allait devenir père alors que ça l’effrayait et que sa vie allait se transformer en un enfer. Apparemment ils s’étaient mal compris. Pryce d’ailleurs se justifia en s’indignant : « Mais c’est toi qui meurs d’envie de me voir partir ! Tu crois que ta question est sympathique peut-être ?! » Il avait pris celle-là comme une attaque, comme une envie de le voir déguerpir. « Et je t’agresse pas. Ne dis pas non plus que t’es désolée, tu as dit que c’était pas ton problème ma vie, donc cesses de faire l’hypocrite. Tu t’en fous du moment que t’as ton gosse. » Il finit ses frites, et s’essuya les mains avant de regarder son téléphone portable pour regarder l’heure.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nagore Bergess
▲ MUMFORD AND SONS.
avatar

MESSAGES : 91
COPYRIGHT : © pomeline ♘ belikovs (avatar) ♘ soon (sign).
MULTINICKS : Scarlett ♘ Ceri.
JOB : Caterer.
ADDRESS : #205 queen village.
HEART STATUS : Single (and pregnant, yep).

ALL THE RIGHT MOVES -
AGE : 27 yo.
PRIORITY : her job, her baby.
THE THORNY RELATIONSHIPS :

MessageSujet: Re: southwark ✒ you're fit, don't you just know it ? (pryce)   Mer 31 Aoû - 6:00


Elle reconnaissait avoir foutu la merde dans sa vie. Certes. Elle reconnaissait n'avoir pas été franche. Certes. Maintenant, elle pouvait reconnaitre ce qu'elle voulait, ça ne changerait pas grand chose à la situation : elle ne se sentirait pas mieux, lui non plus. D'ailleurs, Nagore se sentait outrageusement bien. Elle ne culpabilisait pas. Enfin, elle comprenait très bien sa façon de penser et de réagir face à la situation, ça la désolait vraiment, mais voilà tout. Après tout, si personne ne lui avait fait la remarque, il ne se serait jamais soucié de la grossesse de la jeune femme. D'ailleurs, s'il ne voulait pas en parler, il n'en avait pas besoin. Après tout, Jada n'avait pas besoin de tout savoir (de son point de vue). Il pouvait lui raconter des salades et venir voir son fils (toujours s'il le souhaitait). Nagore raconterait des conneries aussi, tout irait bien dans le meilleur des mondes. Il ne lui faisait pas non plus la liste de ses copines d'un soir, si ? Cette idée germa dans son esprit mais la jeune femme ne la proposa pas car il venait de lui avouer qu'il ne savait pas quoi faire. Ne sachant pas quoi dire, elle haussa les épaules. Son aide n'était pas la bienvenue, après tout elle l'avait foutu dans la merde toute seule. Ramasser les pots cassés n'étaient pas dans ses cordes. « Bon, t'as fini maintenant !? » siffla-t-elle alors qu'il continuait les reproches. A ce rythme là, ils y seraient encore ce soir.

Finalement ils s'envoyaient des piques depuis tout à l'heure. Ça n'avait ni queue ni tête. Ça n'aboutirait sur une entente ou quoi que ce soit. Chacun campaient sur des positions. Mais Pryce était vraiment enquiquinant. Il se plaignait de lui, de sa vie, de son avenir, à tel point que Nagore fit la moue en levant les yeux au ciel. Parfait. Sa vie était de la merde, d'accord. « Mais tu me saoules Pryce ! Tu te plains comme un enfant depuis avant ! Tu cherches pas une solution tu cherches à passer pour une pauvre petite chose ! T'en es peut être une, d'accord mais ça changera rien à la situation alors comporte toi un peu en adulte ! » Et lui qui voulait s'occuper d'un enfant.. « Oui je m'en fous, je m'en fous totalement d'accord. Maintenant casse toi ! Tu m'emmerdes à pleurnicher ! » Puis elle se releva d'un coup, saisissant au passage son sac et le reste de ses affaires. Elle était énervée, ça se lisait sur son visage. Jamais elle n'avait connu un type aussi prise de tête. Normal que sa femme l'autorise à aller voir ailleurs du coup. « Quand t'auras réfléchis tu me préviendras ou pas, je m'en fiche. Mais si je dois encore supporter tes gémissements sur toi le pauvre enfant de 20 ans, sur ta Jada, sur tes études ou sur ton boulot, je te jure que ça fait très mal se finir ! » siffla-t-elle un peu trop fort, au point que les gens l'observent comme une bête curieuse, ce dont elle se ficha royalement sur le coup. « Je m'en vais et ne me suis pas ou je t'étrangle. » s'enquit-elle finalement avant de prendre la porte pour se retrouver à nouveau sur le trottoir en direction d'elle ne savait ou. Chez elle, à première vue. Car elle ne supportait plus de le voir comme ça. Bourré il était bien meilleur.

_________________
to make a mountain of your life is just a choice but I never learned enough to listen to the voice that told me always love hate will get you everytime always love don't wait 'til the finish line slow demands come round squeeze the air and keep the rest out it helps to write it down even when you then cross it out ❞❞ always love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pryce Eardley

avatar

MESSAGES : 105
COPYRIGHT : me, Pomeline, Tumblr
MULTINICKS : Arron Eccles
JOB : student in management
ADDRESS : #194 Fairmount, NP.
HEART STATUS : Married to Jada

ALL THE RIGHT MOVES -
AGE : 20 y.o
PRIORITY : pass my coaching badges
THE THORNY RELATIONSHIPS :

MessageSujet: Re: southwark ✒ you're fit, don't you just know it ? (pryce)   Ven 2 Sep - 8:22

Pryce avait besoin d’évacuer toute sa frustration. Sa vie n’était pas bien moche, mais elle n’était pas belle non plus. En effet, un gamin de 20 ans n’avait pas forcément envie de se marier, ni de quitter son pays pour s’envoler ailleurs pour réaliser son rêve. Mais comme on a rien sans rien, il fallait évidemment travailler, et gérer une vie de couple en plus des études avec un travail, c’était tout bonnement épuisant, et surtout trop pour lui. C’était aussi la raison pour laquelle il s’octroyait des moments de détente dans les bars, les nightclubs, et que généralement ça finissait en partie de jambes en l’air parce qu’il était bourré et surtout agavé par son petit train-train, lui qui n’avait jamais été habitué à une vie bien rangée. Et maintenant, le bébé se pointait. Il se sentait véritablement jeté dans le grand bain, sans avoir appris à nager. Et c’est pour ça qu’il en voulait à Nagore. Si elle avait omis de lui préciser qu’elle voulait cet enfant, il n’aurait peut-être pas réagi de la sorte. Or, là, il se sentait littéralement piégé, et il n’avait pas d’autre choix que de suivre Nagore dans son trip, achevant de faire exploser sa vie bien rangée. La jeune femme refusait qu’il lui fasse porter le chapeau, elle voulait au contraire, qu’il se rende compte des erreurs qu’il avait commises dans sa vie. S’il avait été sage, il n’en serait pas là. Oui mais Pryce avait toujours été sage avant le lycée, et le fait d’être considéré comme un grand lui avait donné envie de faire un tas de choses que ses parents lui déconseillaient. Le jeune Pryce soupira et réagit, comme l’enfant qu’il était encore dans sa tête. « C’est toi qui arrête pas de me faire des réflexions ! Moi aussi je sais en faire ! » Il avait besoin de grandir sur le plan maturité sociale. Il était peut-être le genre d’élève brillant, il manquait totalement de savoir-vivre, et se retrouvait à être pleurnichard dès que la situation lui échappait.

D’ailleurs il croisa les bras, bougon, non content qu’on lui fasse remarquer qu’il était immature et qu’il devait apprendre à se comporter en adulte. Il pouvait le faire, sauf que là, il n’en voyait pas l’utilité : il était loin de vouloir cet enfant. S’il comptait l’assumer c’est parce qu’il reconnaissait avoir fait une connerie, rien d’autre. Du coup, il chercha à l’accabler en criant : « Eh bah si t’es pas contente t’avais qu’à pas chercher le premier con venu pour te mettre en cloque ! Fallait chercher plus adulte ! » Mais il savait très bien que ce n’était pas ce qu’elle voulait. La situation était burlesque. En effet, elle lui demandait de partir, ou plutôt de se casser, mais c’est elle qui prit les devants, et qui commença à rassembler ses affaires pour partir, le menaçant de ne pas la suivre, sous aucun prétexte. Elle lui signifia aussi qu’il devait arrêter de se plaindre, qu’elle n’était pas là pour subir ses jérémiades. Il ne dit rien, se contentant de manger ses frites. Il lui avait dit qu’il s’occuperait de son enfant, il n’y avait plus besoin de réfléchir. Il la regarda à peine partir, grommelant : « gnagnagna tu pleurniches, gnagnagna comportes toi en adulte, gnagnagna…je vais t’étrangler. C’est elle qui est soulante. De plus avoir ses règles ça l’arrange pas. » Oui il parlait tout seul. Ensuite, il rassembla ses affaires aussi, et c’est là qu’il constata que son pote l’avait appelé peut-être bien quatre fois. Il était pressé d’avoir sa came c’est vrai. Il le rappela automatiquement, se disant qu’il allait en fumer lui aussi ce soir. Il en avait bien besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: southwark ✒ you're fit, don't you just know it ? (pryce)   

Revenir en haut Aller en bas
 
southwark ✒ you're fit, don't you just know it ? (pryce)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Wesley Wyndam-Pryce de Buffy contre les vampires et Angel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POSTCARDS FROM FAR AWAY :: PHILADELPHIA ➨ SOUTH PHILLY :: QUEEN VILLAGE.-
Sauter vers: